Courir à Sauternes sans modération

Les régions viticoles transcendent les athlètes du MMAC qui fait trois podiums dans le Sauternes :

– Françoise, 1ère M3 ;

– Charlotte, 3ème SE ;

– et le club entier car le mieux représenté : les 23 trailers (Françoise, Nelly, Isabelle, Charlotte, Brigitte, David, Claude, Gérard, Stéphane, Joël, Jean-Luc, Gino, Thierry, Jean-Pierre, Willy, Nicolas, Patrick, Guillaume, Olivier, Karim, Eric, Jean-Mi et votre trésorière préférée), les 2 VTTistes (Fabrice et Gégène) et la marcheuse (Jacqueline) ont rapporté une coupe + de quoi la remplir plusieurs fois avec 6 bouteilles de Sauternes + 12 litres d’huile de pépins de raisin (excellente pour les massages et aussi pour le système digestif !) + les ovations du public en délire…

Notre appli multi-fonctions – qui fait aussi accessoirement office de mari à Nelly – nous avait concocté un petit week-end dans le Sauternais pour participer à la Raisin d’Or à Château Filhot : les 26 athlètes du MMAC se sont répartis sur le trail 3 distances (12 km, 25 km et 33 km), la marche de 15 km et la rando VTT de 50 km.

Mais avant de prendre le départ, rechargeons les batteries dans nos logis… La troupe moutierroise était séparée en deux groupes : les nouveaux riches à la villa Corterra et les comtes du Vignobledelabas au Château de Solon… Pas la peine de vous préciser que la préparation physique et mentale ne s’est pas déroulée de la même manière dans les deux logis… D’un côté, pieds sous la table au petit-déj, on se laisse servir et on se roule dans le luxe clinquant ; de l’autre côté, on s’attèle rudement à la tâche, on se met dans la peau d’un propriétaire responsable d’un domaine viticole lourd de charges, on se remonte les manches, on allume son feu soi-même… Les résultats n’ont pas tardé à se voir, notez plutôt les performances de la Duchesse Françoise et de la Comtesse Charlotte, sans parler des temps de course des barons Olivier et Willy (15ème au scratch en 2h34 et 18ème en 2h36)… ! Enfin bon, nous n’avions pas les mêmes valeurs…

Parlons plutôt de la course…

Je n’en ai qu’un petit aperçu de 12 km mais cela m’a suffit pour en apprécier les atouts : ce trail « découverte » crapahutait essentiellement dans les vignes dorées où les faux plats succédaient aux côteaux et aux douces pentes. Pas de boue, pas de torrent, quelques pierres mais il fallait vraiment les chercher, rien que des zigzags dans les vignes. D’un côteau à un autre, je voyais Nelly qui me saluait, Françoise qui se faisait coacher par Gérard (non Françoise, je ne peux pas dire « en…euler » sur le site), Stéphane qui montait vaille que vaille, et j’étais le point de mire de David et de Claude. Je suis contente d’avoir au moins pu servir à quelque chose… La course était très agréable, un petit peu mieux entraînée et je l’appréciais encore davantage… Mais bon, on a l’âge qu’on a… !

Les joggers du MMAC ont plutôt explosé leur pronostic de course, peut-être pensaient-ils que le trail était plus vallonné : mise à part une petit erreur de pronostic sur le 12 km (24 min de plus que prévu…), tout le monde a mieux couru qu’estimé, avec un vainqueur – David (bravo, surtout avec une entorse et l’os du talon démis!) et un gage pour Guillaume (blessé au tendon d’Achille) qui a cru qu’il participait à une marche… Finalement, c’est pas si horrible que ça, les jus ?!

Après un petit tour chez l’ostéo présent sur le village (oui, Nico, on le sait que tu as un corps de rêve…, Séverine n’a pas assez de mots pour le décrire…!), toute la troupe s’est requinquée à la pasta party, agrémentée d’un petit – mini – gobelet de Sauternes. D’ailleurs, quoi de mieux comme récompense qu’une petite bouteille du crû ! C’est vrai quoi, nos placards débordent de tee-shirts ! Parfait pour revivre ce week-end en cas de nostalgie… !

Après ces petites escapades au pays du raisin doré (d’ailleurs j’ai appris de la bouche de Sophie un truc trop fou : pour faire un bon Sauternes, il faut attendre que le raisin ait bien moisi… qu’il soit complètement recouvert de champignon… miam !), retour à la propriété pour un petit repos bien mérité. Nous autres châtelains recevions le soir-même nos chers amis de la villa pour de légères agapes (tartes de pâte à pain recouverte de tomate et de fromage – recette qui vient d’Italie semble-t-il, grillées de mogettes et même salade verte et poires!). Agrémentée de calambours à la Claude, de ballades (Joël a poussé la chansonnette, pardon, a ripouné), de deux parties de belotes déchaînées, d’un bon feu et surtout de 37 convives ravis de se retrouver, la soirée s’est prolongée dans les rires et la bonne ripaille arrosée bien sûr de Sauternes, avec modération !

Le lendemain matin, les jambes s’en rappelaient encore…

Conclusion : les côteaux, c’est meilleur à boire qu’à monter !img_0113

img_0106p1080252-copierimg_0092p1080425-copierp1080424-copier

 

Cette entrée a été publiée dans Course à pied. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.