La Sarabande des boulettes à la Rochelle

Je ne souhaitais pas m’attribuer tout le prestige de cette 16ème édition à la Rochelle – ce n’est pas mon genre – aussi je tenais à en faire profiter les cinq copines-boulettes qui m’accompagnaient : Aurélie, Isabelle, Marie, Mylène et Sandrine.

Bon, c’est vrai que Mylène l’a affirmé avec force conviction : j’ai mis la barre très haut cette année… en perdant le ticket de parking ! Nous voilà qui étions prisonnières de la Rochelle !

Cette belle journée ensoleillée avait pourtant bien commencé : trois tours de Moutiers au son du klaxon et des cris hystériques des filles qui faisaient tourner non pas des serviettes mais les vestes jaunes du MMAC par les vitres baissées pour fêter – à notre façon – le mariage de Nathalie et Guillaume !

Pas le moins du monde excitées (ou si peu), notre première mission (en dehors de rechercher le fameux ticket de parking et de trouver des toilettes…) a été de rapatrier les dossards et de rejoindre Émilie, elle-même quelque peu survoltée pour faire un temps.

Vers 15h30, métamorphosées en Vahinés, nous sommes parties pour un court échauffement qui a porté chance à Aurélie : pied gauche ou pied droit dans le caca, je ne me rappelle jamais quel pied porte chance… Qu’importe, l’odeur de déjection canine était tenace ! Sandrine avait beau se mettre les fausses fleurs sous le nez, rien n’y faisait ! (quand je vous dis que je ne suis pas la seule boulette…) Mais cela a dû effectivement porter chance à Aurélie puisqu’elle termine sa course 284ème au scratch (sur 1313 nanas quand même…), 121ème sur 541 en 57 min 22 !

Isabelle est partie en éclaireuse et est arrivée 57ème au scratch, 21ème sur 463 en 50 min 56 : une partie de rigolade, ces 10 km ! Un amuse-bouche avant le marathon de Chavagnes et le 56 km du Morbihan !

Quant à Marie, Mylène, Sandrine et moi-même, nous avons couru environ 4 km ensemble avant de laisser Marie derrière nous : rendue muette par l’effort, elle n’était plus elle-même !

Les kilomètres ont défilé pour nous trois, agrémentés de rock, de coups de biniou et d’applaudissements – largement mérités ! Mis à part le fait que le dernier kilomètre en faisait deux, nous avons toutes les trois eu l’impression de survoler la course et nous avons fini amplement en deçà d’une heure : Sandrine 58 min 57 (391ème au scratch, 59ème sur 190), Mylène 59 min 21 (393ème au scratch, 163ème sur 541) et moi juste derrière !

Vive le fer !

Car, le saviez-vous, nous les joggers, nous sommes un peu ballots… : nous passons notre temps à écrabouiller nos globules rouges (indispensables pour une bonne oxygénation des muscles) situés dans les vaisseaux capillaires sous nos pieds ! C’est pas d’bol ! Ils seraient situés au bout des doigts, y’ aurait pas de problème, mais là, carence en fer !

Du coup je fais une cure de fer ; et depuis ma cure, je ne me reconnais plus… Pour retrouver mon statut de boulet, j’en suis arrivée à perdre mes tickets de parking…

D’ailleurs, à l’heure du départ, après maintes stratégies hasardeuses, nous avons élaboré une dernière feinte : au volant de mon bolide, je m’approchais le plus possible du Duster d’Aurélie ; au moment où elle insérait son ticket et où la barrière se levait, nos deux moteurs ronronnèrent (on se croirait dans Fast and Furious!) et je me faufilais à sa suite, avant que la barrière ne s’abaisse… Yes ! Victoire de canard !

Alors de deux choses l’une : soit je suis une bonne fraudeuse, soit le parking était réellement sous vidéo-surveillance et je reçois un petit courrier sous quinzaine, avec une petite amende, et alors la série continue…

En tout cas, les filles du MMAC ont passé une super journée exclusivement « girl » et pour contrer les médisances masculines, nous n’avons qu’une réplique : « Power boulettes ! »

Cette entrée a été publiée dans Course à pied. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.