Semi « De la Terre à la Mer » 2015

Pour ceux qui en doutaient encore, j’ai retrouvé mon statut de « petit boulet » du MMAC : le témoignage de mon semi-marathon ce samedi 25 juillet 2015 le confirmera sans doute…

Tout avait pourtant si bien commencé… Organisation logistique au top avec Jean-Mi : on prend nos dossards à la salle omnisports de Longeville (le départ), on se gare au Rocher (l’arrivée), petit échauffement de 20 min en trottinant du Rocher jusqu’à la salle (de l’arrivée au départ), et hop ! c’est parti pour le semi !

Bonne allure, j’ai les jambes, le souffle, je double régulièrement (bah oui, comme je suis partie en queue de course, il y a pas mal de mes congénères boulets devant moi…) et j’arrive au ravitaillement du Bernard tranquillou.

D’ailleurs, parlons-en de ces ravitaillements : il y en a moults tout le long du parcours… Alors c’est vrai que c’est tentant de se désaltérer mais qu’est-ce que ça casse les pattes !

C’est reparti pour la plaine du Bernard : il ne fait pas trop chaud, il y a un peu de vent mais les champs de maïs font écran. Cette plaine commence même à être monotone : pour me divertir, j’ai quelques pensées champêtres (ils sont beaux, ces champs de tournesols), je jette un coup d’oeil vers l’arrière et décide qu’il y a un bon quart de coureurs derrière moi, et continue à égrainer les kilomètres à bonne allure (enfin, moi je trouve que j’ai une bonne allure régulière, 11km/h, je suis contente). J’aperçois Thierry dans la plaine et je lui réponds même que ça roule !

10 km en 55 min, je me dis que j’arriverai un tout petit peu avant 2h, je m’en contente. C’est à partir de là que je sens mon genou qui « part en vrac » : une douleur s’insinue tranquillement.

À St-Vincent-sur-Jard au 14ème kilomètre, le genou ne veut plus monter de côte : c’est ballot parce qu’en fait, le parcours est rempli de faux-plats assez longs, si bien que j’ai l’impression de monter tout le temps… Alors je trouve d’autres stratagèmes pour m’occuper l’esprit : « l’accouchement sans péridurale, ça fait vachement plus mal, allez, on continue ! » ou bien « c’est marrant, quand mon genou ne me fait plus mal, c’est là que j’y pense, et alors ça me fait mal, comme quoi, c’est psychosomatique ! »

Bref, ce n’est pas vraiment une partie de plaisir et j’essaie de me concentrer, tout en me disant que je ne vais pas être très satisfaite de mon temps.

À 5 km de l’arrivée, la douleur est descendue jusqu’aux orteils et s’est propagée jusque dans la hanche : je me dis qu’en temps normal, je mets 27-28 min pour courir 5 km et que là, je vais exploser mon record !

À 2 km et demi de l’arrivée, Thierry m’encourage à la sortie de la plage de Rampillon : « Allez, encore une douzaine de minutes et tu es arrivée ! Ne lâche rien ! ». Je crois qu’à ce moment je dois avoir la mine dépitée de celle qui sait qu’elle va faire un final pas terrible…

Le dernier km est pitoyable : je finis clopin-clopant comme une misérable, me faisant doubler les tout derniers mètres par tous les désespérés qui voient une « couette » à dépasser ! Et moi je ne peux même plus accélérer, je n’ai plus le contrôle de ma jambe gauche qui continue à se déployer je-ne-sais-comment !

Mon ressenti à ce moment n’est pas très reluisant, j’aurais aimé finir en moins de 2h, mais que voulez-vous, arrêtons de nous trouver des excuses de genou, triste réalité que la vieillesse qui me rattrape !

Finalement, en regardant les résultats, je ne suis pas si mécontente par rapport aux autres : je finis en 2h05 pile, 599ème sur 720 inscrits, 35ème sur 56 de ma catégorie, avec 10,3km/h de moyenne !

Sur le relais, Jean-Luc et son relayeur Julien terminent en 1h46’48 » (11,85 km/h de moyenne), 60 sur 124 équipes, 37 sur 58 équipes masculines.

Pour le semi, voici les autres scores :

Nathalie : 5ème V1 en 1h43’35 » (277 sur 720 avec 12,22 km/h de moyenne)

Jonathan : 25ème SE en 1h28’12 » (48ème avec 14,35 km/h de moyenne) : bravo !

Jean-Mi : 14ème V2 en 1h33’52 » (91ème avec 13,49 km/h de moyenne)

Willy : 52ème SE en 1h34’33 » (109ème avec 13,39 km/h de moyenne)

Nicolas : 33ème V1 en 1h34’49 » (117ème avec 13,35 km/h de moyenne)

Jean-Pierre : 4ème V3 en 1h36’50 » (138ème avec 13,07 km/h de moyenne)

signé : Virginie (mais vous l’aurez deviné…)

Cette entrée a été publiée dans Benjamins. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.